1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer
Connexion S'enregistrer   Mot de passe perdu   Pseudo perdu

Connexion

Et si le futur était très sombre ? Focus sur Black mirror

Black Mirror episode1Voilà enfin les vacances (pour certains d’entre nous du moins) et, avec elles, le terrible sevrage des fins de saison.

 

Vos séries favorites sont en pause ou annulées, rien ne vous intéresse parmi les séries d’été, vous n’avez pas le courage ou le temps de découvrir une nouveauté trop longue et, encore sous le choc de certains cliffhangers, vous n’êtes pas prêts à trop vous investir émotionnellement dans une nouvelle série ? Black Mirror est pour vous !

 

Sans surprise pour ceux qui me connaissent, il s’agit encore une fois d’une série anglaise. Diffusée depuis 2011 sur Channel 4 (car il m’arrive parfois de regarder autre chose que la BBC), Black Mirror ne comporte pour l’instant que deux saisons de trois épisodes dont la durée n’excède jamais une heure (quatre d’entre eux ne font que 42 minutes) : rattraper la série entière ne vous prendra donc pas beaucoup de temps. De plus, il s’agit d’une anthologie : chaque épisode est donc parfaitement indépendant des autres et peut être regardé dans l’ordre qui vous plaira. Pas d’intrigues complexes s’étirant sur toute une saison, pas de personnages récurrents auxquels vous vous attacheriez trop : la série parfaite pour les vacances donc.

 

Oui mais Black Mirror, ça parle de quoi ? Heu…de chantage et zoophilie, de téléréalité poussée à l’extrême, de créatures dépassant leur créateur… Par définition, comme pour toute anthologie, chaque épisode traite d’un sujet complètement différent mais le thème récurrent est le danger que présentent les médias et la technologie lorsque l’humanité les autorise à aller trop loin (le fameux « black mirror » du titre étant l’écran des innombrables appareils qui nous entourent).

 

Sans rentrer dans les détails, voici un rapide résumé des six épisodes. Dans le premier,The national Anthem, une princesse d’Angleterre se fait enlever et le ravisseur menace de la tuer à moins que le premier ministre n’accepte de se laisser filmer en direct en train d’avoir des relations sexuelles avec un porc. Les services secrets tentent de retrouver le ravisseur pendant que le premier ministre se retrouve confronté à cette terrible décision.

 

Black-Mirror-Ep-2Difficile bien sûr d’aller plus loin après une telle entrée en matière. L’épisode suivant,15 Million Merits, retourne donc à de la science-fiction plus classique. Dans un monde futuriste, le peuple passe son temps à pédaler sur des machines afin (on le suppose) de produire de l’énergie dont la quantité détermine son salaire. Le soir, tous rejoignent leur minuscule chambre dont les murs sont des écrans déversant à plein volume des télé-crochets. Les quelques élus ayant réussi à percer dans la comédie, la danse, la chanson ou même le porno semblent mener une vie idyllique : gagner à l’une de ces émissions est la seule solution pour échapper au quotidien fade et assommant et tout le monde peut participer... à condition de payer.

 

L’épisode 3, The Entire History Of You, se focalise sur un couple vivant dans un monde presque en tout point semblable au nôtre à une exception près : les humains se sont tous fait implanter une petite puce permettant de se souvenir exactement de tout ce qu’ils ont vu et entendu et même de projeter ces souvenirs sur un écran. Cette puce, complètement rentrée dans les moeurs de cette société, a d’innombrables avantages mais rend le mensonge et la dissimulation presque impossibles. Toute vérité est-elle bonne à savoir ?

 

L’épisode quatre se déroule là encore dans un futur très proche où la technologie est un petit peu plus avancée. Un jeune homme, grand amateur de réseaux sociaux, décède dans un accident laissant derrière lui une veuve inconsolable. Une amie de celle-ci lui apprend alors qu’une société propose, en utilisant les innombrables données laissées sur le net par un défunt, de recréer virtuellement la personnalité de celui-ci : le programme est alors capable de communiquer avec ses proches à la manière du disparu. D’abord opposée à cette idée, la veuve finit par céder…

 

black mirror épisode5Dans l’épisode 5, une jeune femme se réveille dans une maison vide avec un violent mal de tête. Elle réalise qu’elle ne se souvient plus de rien mais des flash back lui révèlent qu’elle a une fille. Elle part à sa recherche mais réalise que le reste de la population se comporte de manière très étrange.

 

Le dernier épisode suit l’histoire de Jamie, un comédien désabusé et mal dans sa peau qui prête sa voix à Waldo, sorte d’ourson bleu numérisé présentant une émission satirique. Celle-ci invite des politiciens qui, trompés par l’apparence de Waldo, pensent participer à une émission pour enfants et se retrouvent interviewés de manière très agressive et tournés en ridicule. Waldo devenant de plus en plus populaire, le producteur de l’émission propose en plaisantant à moitié de le présenter aux élections. Jamie, d’abord peu motivé, accepte : mais Waldo rencontre plus de succès que prévu.

 

Chaque épisode (à l’exception peut-être du 2ème) se déroule dans un futur qui semble d’abord très proche de notre époque avant de s’avérer très dérangeant, voire malsain. Cela donne à ces épisodes un aspect vraisemblable assez rare dans le monde de la science-fiction. Le but du créateur de la série était d’ailleurs de présenter un futur « que l’on pourrait vivre dans 10 minutes si nous sommes maladroits » et quelques choix judicieux de programmation ont été faits pour renforcer cet aspect : ainsi l’épisode 2, qui traite des dérives de la télé-réalité, a été délibérément diffusé juste après la finale de X Factor qui passait sur une chaîne concurrente.

 

Anecdote assez amusante…ou inquiétante, certaines entreprises américaines commencent à proposer des services assez proches de ceux de l’épisode 4 : Digital legacys propose ainsi une puce à installer sur les tombes et qui, lorsqu’elles sont scannées par un smartphone, dirigent celui-ci sur une page internet consacrée au défunt. A voir comment ce service évoluera dans quelques années…

 

black-mirror-DVD-coverVous l’avez compris, Black Mirror n’est pas très joyeux ni très moral. Cette ambiance glauque n’est pas surprenante lorsque l’on connait un peu le créateur et scénariste principal, Charlie Brooker, qui nous avait déjà offert en 2008 la série d’horreur Dead Set et dont le public britannique peut apprécier régulièrement l’humour sombre et cynique dans de nombreuses émissions et panel shows. Néanmoins, on se laisse facilement porter par cette atmosphère malsaine et étouffante.

 

Ajoutez à cela un casting bien sympathique où les guests bien connus des amateurs de séries anglaises s’accumulent (assez pour que même moi je sois capable d’en reconnaître quelques-uns). Lindsay Duncan (Rome, Merlin, Doctor Who…), Daniel Kaluuya (The Fades, Skins, Psychoville…), Michael Smiley (Luther, Utopia), Tobias Menzies (Rome, Game of thrones, The shadow line, Casino Royale…)… la liste est très longue et je vous déconseille fortement de tenter le drinking game sur le thème "second rôle fréquent dans les séries britanniques".

 

Pour conclure, Black Mirror est une série originale et bien jouée et chaque épisode est assez unique pour éviter le sentiment de répétition qu’on retrouve dans certaines anthologies : elle est de toute manière assez courte pour ne pas vous faire perdre beaucoup de temps si vous décidez que ce n’est pas votre genre. Tous les épisodes ne sont bien sûr pas excellents (le 2ème par exemple m’a laissée une sensation de déjà vu) mais aucun n’est mauvais. Elle ne vous coûtera pas non plus très cher : Amazon propose la première saison à 8 euros 40 (sous-titres anglais uniquement). Comme d’habitude, n’hésitez pas à poster en commentaire ce que vous avez pensé de la série et/ou de l’article.

 

Commentaires   

0 #1 Sulkymogen 14-08-2013 00:24
J'ai découvert et regardé cette série il y a un mois environ. J'y suis allée un peu à l'aveugle et il m'a quand même fallu 5 minutes pour me remettre du premier épisode :-|
J'ai quand même regardé la suite, et j'ai adoré le 2nd épisode. Donc finalement j'ai continué et je n'ai pas regretté.

La série fait réfléchir et c'est bien les séries qui font réfléchir des fois. On se remet en question sur notre dépendance aux nouvelles technologies (même si je sais que personnellement je suis beaucoup trop dépendante ! :P ).

Le pire dans cette série, c'est qu'elle ne me semble pas du tout surréaliste... Je ne serais pas vraiment étonnée qu'un jour plus ou moins lointain on en arrive à des situations similaires... Ça fait un peu peur quelque part...
Citer
0 #2 Tyr 15-08-2013 16:40
Tout à fait. Le coté très crédible est pour moi un des points forts de Black Mirror. Je te rassure cela dit, je n'ai pas non plus réduit mon temps d'écran après avoir vu la série.^^
Citer
0 #3 lolopsw 15-08-2013 17:02
Ah tien, ça donne envie de la découvrir vos commentaires !
Citer

Ajouter un Commentaire

Tout contributeur demeure propriétaire des droits de propriété intellectuelle qui seraient attachés à ses messages. Les propos tenus sur ce forum sont néanmoins publiés sous votre propre responsabilité. A ce titre, vous devez respecter les lois et règlements en vigueur et le droit des personnes. Par exemple, vous ne devez pas diffuser des messages violents, injurieux, diffamatoires, racistes, révisionnistes, faisant l’apologie des crimes de guerre, pédophiles, appelant au meurtre ou incitant au suicide, incitant à la discrimination ou à la haine ou dont le contenu reproduirait intégralement sans autorisation une œuvre protégée par la propriété intellectuelle (ex. articles de presse, message d’un tiers). Sont aussi interdits tous messages et liens portant ou incitant au téléchargement illégal, ainsi que le streaming illégal, notamment en partageant tout média dont le contenu est protégé (vidéos et photos promotionnelles officielles et captures officielles permises). Cependant les liens vers d'autres sites sont permis, à condition d'en préciser déjà l'URL du site général (page d’accueil), avant celui de la page en question. Sont également autorisés les citations ou extraits d'articles ou informations, montages d'extraits ou parties à buts artistiques ou informatifs (avec affichages des sources). Veillez par ailleurs à respecter la courtoisie nécessaire au bon déroulement des débats.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les derniers commentaires Article